Recherche Kunena

Mot-clé
Bienvenue, Invité
Nom d'utilisateur : Mot de passe : Se souvenir de moi

SUJET : Freins à disque sur vélo de route

Freins à disque sur vélo de route 1 mois 3 jours ago #141377

  • Seb-@.
  • Portrait de Seb-@.
  • Offline
  • Platinum Boarder
  • Messages : 2638
  • Remerciements reçus 41
  • Karma: 8
albator83 écrit:
Pas connu les freins à disque sur route, uniquement en VTT.
Mais selon moi que ce soit en disque ou patins il faut arrêter de freiner au point de corde, anticiper le virage suivant et surtout : ne pas freiner au dernier moment (de toute manière sur jante carbone ça pardonne rarement)... Un très bon descendeur sait déjà faire tout ça (moi pas, trop vite au point de corde, pas assez d'angle et freinage trop tardif à chaque fois), le disque permettra de moduler plus facilement le freinage sous la flotte.
Je ne vois pas ce que les disques changeraient dans la façon de faire : un descendeur moyen ne deviendra pas subitement "bon" en changeant de matériel.

Oui, normalement il faut relâcher à la corde, mais là j'ai l'impression qu'ils tirent pratiquement tout droit faute d'être en confiance sur les freins. Je me trompe peut-être :wonder:

En tout cas, j'ai été "choqué" par ces trajectoires et cette propension à aller très loin à l'extérieur, sur les freins. Est-ce que le manque de confiance est lié au manque de grip supposé, ou au manque de freinage ?

gillesF78 écrit:
Freiner tard et fort accroît le risque de glissade et de collision entre 2 coureurs. Ils exploitent partiellement la puissance de leurs freins sur jante, et avoir plus de puissance potentielle ne changerait pas leur conduite.

Oh, glissade, je ne pense pas. En hiver j'utilisais des roues mixtes, moyeux vtt et jantes route, avec des pneus de route. Le grip est suffisant pour s'amuser à lever l'arrière au freinage sans pour autant bloquer. Le dosage étant facile avec un bon frein, je ne pense pas que cela soit un problème. Surtout avec des petits disques.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Freins à disque sur vélo de route 1 mois 3 jours ago #141378

  • lebad
  • Portrait de lebad
  • Offline
  • Platinum Boarder
  • Messages : 4998
  • Remerciements reçus 166
  • Karma: 12
Seb-@. écrit:
albator83 écrit:
Pas connu les freins à disque sur route, uniquement en VTT.
Mais selon moi que ce soit en disque ou patins il faut arrêter de freiner au point de corde, anticiper le virage suivant et surtout : ne pas freiner au dernier moment (de toute manière sur jante carbone ça pardonne rarement)... Un très bon descendeur sait déjà faire tout ça (moi pas, trop vite au point de corde, pas assez d'angle et freinage trop tardif à chaque fois), le disque permettra de moduler plus facilement le freinage sous la flotte.
Je ne vois pas ce que les disques changeraient dans la façon de faire : un descendeur moyen ne deviendra pas subitement "bon" en changeant de matériel.

Oui, normalement il faut relâcher à la corde, mais là j'ai l'impression qu'ils tirent pratiquement tout droit faute d'être en confiance sur les freins. Je me trompe peut-être :wonder:

En tout cas, j'ai été "choqué" par ces trajectoires et cette propension à aller très loin à l'extérieur, sur les freins. Est-ce que le manque de confiance est lié au manque de grip supposé, ou au manque de freinage ?


Idem, j'ai noté ça hier : surpris par les trajectoires comme toi.
Je pense pas qiue ce soit dû aux freins.

En tout cas, depuis que je suis passé aux disques, je suis bien plus à l'aise sur les freinages où je reprends mes concurrents, sans compromettre mon virage.
Après, j'incline pas assez, mais ça n'est pas à cause des disques.

(je pense avoir une vraie appréhension de manger le goudron. J'ai fait du motocross, j'y craignais pas du tout, comme en VTT où je descends pas trop mal (et ce même en gardant une marge de sécurité, sans jamais tomber). Mais en mob j'avais toujours cette crainte en tête : le goudron ne pardonne pas, il te bouffe direct. Ca m'est toujours resté en vélo de route)
Dernière édition: 1 mois 3 jours ago par lebad.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Freins à disque sur vélo de route 1 mois 3 jours ago #141379

  • jfd_
  • Portrait de jfd_
  • Offline
  • Administrator
  • Messages : 7886
  • Remerciements reçus 306
  • Karma: 21
Quand on voit le tout droit de Froome et un peu Aru sur la descente du Port de Balès au moment de prendre la montée du Peyresourde (ils finissent dans l'herbe, Froome entre deux camping-car tout au fond : Y-Clic vidéo), j'ai quand même la furieuse impression la puissance de freinage a été sur ce genre de besoin plus que limite...

Après pour ma part, entre route et VTT, je dois avouer que je ressens une bien moindre puissance de freinage avec de petits disques (et des freins Shimano, pas des Magura Marta) mais même type de plaquettes (métal). Sans nul doute pas plus puissant que de bon freins sur jante. Je vais probablemnt accroitre le diamètre du disque AV de 20mm. Ceci étant donc, pour moi, mettre en avant le surcroit de puissance du freinage disques n'est pas le point qu'il faut mettre en avant pour justifier d'un éventuel danger par rapport à ceux qui sont encore de freinage sur jantes. Par contre, ce qui est très net, c'est vraiment l'endurance et la constance du comportement quelles que soient les conditions. Avec des jantes pas trop lourdes sans problème d'usure, c'est là que résident les principaux avantages. Et effectivement, si l'on n'est "pas bon" en freinage jantes, ce sera idem en disques.


Je ne vais pas plus vite en descente en courbe qu'avec des patins car je me méfie de l'effet gyroscopique que l'on ressent bien plus en route qu'en VTT.

Petit défaut que j'ai avec les disques en route : on glace bien plus facilement les plaquettes compte tenu de la vitesse et de la chauffe très importante à la surface de contact disque/plaquette.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Freins à disque sur vélo de route 1 mois 3 jours ago #141380

  • Seb-@.
  • Portrait de Seb-@.
  • Offline
  • Platinum Boarder
  • Messages : 2638
  • Remerciements reçus 41
  • Karma: 8
lebad écrit:
En tout cas, depuis que je suis passé aux disques, je suis bien plus à l'aise sur les freinages où je reprends mes concurrents, sans compromettre mon virage.
Après, j'incline pas assez, mais ça n'est pas à cause des disques.

(je pense avoir une vraie appréhension de manger le goudron. J'ai fait du motocross, j'y craignais pas du tout, comme en VTT où je descends pas trop mal (et ce même en gardant une marge de sécurité, sans jamais tomber). Mais en mob j'avais toujours cette crainte en tête : le goudron ne pardonne pas, il te bouffe direct. Ca m'est toujours resté en vélo de route)

Quand j'ai utilisé des gommards de route pour la 1ère fois, j'avais justement la crainte de me mettre au tas au premier virage. En pratique j'ai été épaté par le niveau de grip et les prises d'angle possible. Cela étant, j'avais opté pour des Conti 4 Seasons, pas sûr que des pneus plus "normaux" m'auraient apporté cette confiance.

Reprendre des adversaires au freinage, sur un parcours technique et rapide, ça peut faire gagner pas mal au global.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Freins à disque sur vélo de route 1 mois 3 jours ago #141383

  • Seb-@.
  • Portrait de Seb-@.
  • Offline
  • Platinum Boarder
  • Messages : 2638
  • Remerciements reçus 41
  • Karma: 8
jfd_ écrit:
Je ne vais pas plus vite en descente en courbe qu'avec des patins car je me méfie de l'effet gyroscopique que l'on ressent bien plus en route qu'en VTT.

Que veux-tu dire, que tu as des jantes plus light et que l'effet gyroscopique moindre rend le vélo plus vif ?

jfd_ écrit:
Petit défaut que j'ai avec les disques en route : on glace bien plus facilement les plaquettes compte tenu de la vitesse et de la chauffe très importante à la surface de contact disque/plaquette.

Tu soulèves un vrai problème, car en plus la mode est aux petits disques. A part quelques grammes de plus, je ne vois pas l'inconvénient d'avoir des disques de plus grand diamètre... la puissance est plus élevée, mais le dosage est plus simple quand on arrive aux limites du matériel. Au final c'est plus facile à utiliser. L'endurance est meilleure aussi.

Il va falloir beaucoup communiquer je pense sur la façon de freiner, parce que les freinages prolongés pendant plusieurs centaines de mètres, avec le disque, ce n'est pas la meilleure façon de faire. Le mieux, c'est de freiner fort et tard. Quitte, si le freinage doit se prolonger, à relâcher quelques instants pour soulager le frein. Toi tu es vététiste, bien que converti récemment au disque :petard: tu as l'habitude de cela. Mais pour quelqu'un qui découvre le disque, cela peut apporter son lot de désagréments. En particulier quand l'utilisateur ne sait pas comment roder ses freins neufs et qu'il part directement sur une descente de col.

D'autre part certaines plaquettes ne fonctionnent pas bien au niveau du contrôle de la température. Les composés qui ont une fenêtre de fonctionnement étroites sont rapidement inutilisables : pas de jus à froid, plus de jus à (trop) chaud. J'ai eu un jeu de ce type, sur des Hope métalliques d'origine, cela fait une dizaine d'années et je m'en souviens encore. NB : les disques type "Ice" de Shimano, ou encore les disques à frette centrale en alu, dissipent beaucoup mieux la chaleur. Par contre cela ne fait que décaler la plage de températures donc si les plaquettes n'ont qu'une plage utilisable étroite, le problème reste le même. C'est une aide intéressante, mais clairement pas un substitut à des plaquettes de qualité. L'autre point à surveiller, c'est qu'en hiver ce type de disques peut ne pas monter assez en température et le premier freinage manque alors de puissance. Je trouve intéressant d'avoir deux types de disques en fonction des conditions. En plaine en hiver, ou en montagne durant une canicule, ça fait une différence.

Enfin concernant les plaquettes dotées de dissipateurs thermiques, j'ai eu accès à des test reports. Ces plaquettes ne fonctionneraient pas beaucoup moins bien sans les dissipateurs. Ils aident, mais la qualité du composé reste le facteur principal. Il y a une part de marketing en fait, car le gain apporté n'est valable que pour un profil de freinage (plutôt des freinages peu intenses mais prolongés, d'ailleurs). Pire, sur certaines plaquettes il y a un réel delta de température entre la partie de la garniture qui est proche du dissipateur et celle qui en est éloignée. Quand le composé a une fenêtre de tir étroite, on se trouve alors avec une partie de la garniture proche du glaçage et sans trop forcément s'en rendre compte car le phénomène est masqué par la partie de la garniture qui fonctionne plus normalement. Au final cela complique la "lecture" du comportement du frein.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Freins à disque sur vélo de route 1 mois 3 jours ago #141384

  • teamdindon
  • Portrait de teamdindon
  • Offline
  • Platinum Boarder
  • Messages : 1790
  • Remerciements reçus 100
  • Karma: 3
Pour les freinage scabreux au Tour, je soupçonne aussi l'état des routes, notamment sur l'étape dans l'Ain, couplée avec les cadres, fourches et jantes ultra rigides et les boyaux gonflés à mort.
Difficile de bien moduler son freinage quand les roues ne touchent pas la route.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Freins à disque sur vélo de route 1 mois 3 jours ago #141385

  • Seb-@.
  • Portrait de Seb-@.
  • Offline
  • Platinum Boarder
  • Messages : 2638
  • Remerciements reçus 41
  • Karma: 8
Pas faux. J'avais oublié cet aspect des choses ! Cela étant j'ai l'impression que les sections augmentent d'année en année, il m'a semblé voir des pneus / boyaux entre 25 et 28 l'autre jour. Et çà s'améliore aussi sur le choix des pressions.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Freins à disque sur vélo de route 1 mois 3 jours ago #141388

  • jfd_
  • Portrait de jfd_
  • Offline
  • Administrator
  • Messages : 7886
  • Remerciements reçus 306
  • Karma: 21
Dans le tout droit de Froome/Aru, ce n'est vraiment pas la cause. En effet, le revêtement là est un parfait billard qui de plus avait été balayé. Simplement, juste avant cette reprise du Peyresourde à main droite, le bas de cette vallée d'Oueil est un tracé d'un peu plus de 2km à -12% de moyenne avec très peu de virages. Il m'est déjà arrivé de flirter le 80 (en le cherchant :blush: ) alors que bon, je suis le champion de mon 1/4 de coté de la rue... :whistle: Par contre, il faut 'planter' 200m avant car en temps normal, c'est un carrefour avec certes juste une balise et pas un Stop mais... En conditions TdF, il ont forcément du vouloir freiner un minimum.
Seb-@. écrit:
jfd_ écrit:
Je ne vais pas plus vite en descente en courbe qu'avec des patins car je me méfie de l'effet gyroscopique que l'on ressent bien plus en route qu'en VTT.
Que veux-tu dire, que tu as des jantes plus light et que l'effet gyroscopique moindre rend le vélo plus vif ?
Non, juste que je sens très bien cet effet de manière bien plus forte que quand je suis avec l'autre destrier. Et que pour le moment, je n'appréhende pas (encore) correctement son accroissement avec la vitesse.
Seb-@. écrit:
.../...NB : les disques type "Ice" de Shimano, ou encore les disques à frette centrale en alu, dissipent beaucoup mieux la chaleur.
Ah, cela est même je dirais indispensable à mon sens. J'ai eu un 'non ICE'. Un descente du Tourmalet rapide et hop, 2 mm de voile :angry:
Seb-@. écrit:
Enfin concernant les plaquettes dotées de dissipateurs thermiques, j'ai eu accès à des test reports. Ces plaquettes ne fonctionneraient pas beaucoup moins bien sans les dissipateurs. Ils aident, mais la qualité du composé reste le facteur principal. Il y a une part de marketing en fait, car le gain apporté n'est valable que pour un profil de freinage (plutôt des freinages peu intenses mais prolongés, d'ailleurs). Pire, sur certaines plaquettes il y a un réel delta de température entre la partie de la garniture qui est proche du dissipateur et celle qui en est éloignée. Quand le composé a une fenêtre de tir étroite, on se trouve alors avec une partie de la garniture proche du glaçage et sans trop forcément s'en rendre compte car le phénomène est masqué par la partie de la garniture qui fonctionne plus normalement. Au final cela complique la "lecture" du comportement du frein.
En comparant en pratique les plaquettes shimano métal avec et sans dissipateur (donc les mêmes coté garniture), l'apport du dissipateur n'est pas négligeable en montagne pour faire descendre en température le bouzin car on récupère bien plus rapidement un freinage optimum.
Dernière édition: 1 mois 3 jours ago par jfd_.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.
Temps de génération de la page : 0.199 secondes
Propulsé par Kunena