Imprimer

 

Cette rubrique fournit des critères quantifiables de la performance. A l'aide de ces critères le cycliste peut avoir une mesure objective de sa performance, de son état de santé physique ou psychique.


1. Critères dévaluation intrinsèque du cycliste

Les 6 critères ci-après permettent à coup sûr de se faire une idée de l'état de forme d'un coureur. Ils doivent permettre d'identifier ses points forts et ses points faibles.

  1. Pouls au repos. voir fréquence cardiaque matinale
  2. VO2MAX
  3. Seuil anaérobie (SV2)
  4. PMA
  5. Récupération. Voir Tests récupération
  6. Poids

 

Catégories VO2MAX Age Graisse% Fcmax Fcrepos PMA
Professionnel 81 29 7 185 38 450
Amateur élite 77 28 10 190 40 420
BIBI 72 41 10 186 42 380
Amateur 72 24 12 188 46 360
Cyclosportif 66 37 25 170 58 320
Cyclotouriste 59 52 21 165 54 280
Junior 75 18 16 200 50 350
Cadet 65 16 15 205 62 300
Sédentaire 40 40 32 169 70 200

2. Indices de forme

Il est également très intéressant de définir la puissance développer au seuil anaérobique SV2 rapporté au poids du coureur. Les tabelles montrent que la limite humaine est autour de 6 Watts / kg. Au delà les scientifiques pensent que l'athlète à recours au dopage.

Lors des derniers grands tours, certains (dont je tairais les noms ) ont approché les 7 Watts / kg. Hé oui une autre planète.

WATTS / KG à SV2 ·
4,6 Coureur entraîné et prédisposé
5 Coureur de niveau régional
5,15 BIBI
5,4 Concerne une minorité chez les coureurs pro
5,6-5,9 Ils ne sont plus beaucoup ...
> 6 Ceux qui passent à la télé

Cette indice permet d'évaluer la forme d'un coureur et surtout de pouvoir comparer:

IPP = 3,33 * (PUISSANCE A SV2) / (POIDS)

Cette indice est étalonné de telle façon à atteindre la note de 20 pour un coureur professionnel.

IPP

·
< 10 Cyclo-touriste
10 - 14 Cyclo-sportif
14 - 16 Coureur régional
17,2 BIBI
17 - 18 Coureur national
> 19 Coureur professionnel
> 20 Ceux qui passent à la télé

 


 

3. Critères évaluation sur le terrain

Un autre critère pourrait être sur ma côte fétiche appelé "Forchez". Un remontant tous les fichiers inscrits sur ma polar depuis 5 ans voici la progression réalisée sur cette puissante côte.
La pente moyenne est de 16% et le revêtement est composé de touvenant, de gravier et de terre. Bref pas roulant du tout !!!
SEPTEMBRE 2003 NOVEMBRE 2003 JUILLET 2004 AVRIL 2005 JUILLET 2005

 

MARS 2006

 

JUIN 2006

 

AVRIL 2007

 

MAI 2008

·

·

 

Soit 3 km/h plus vite, 3 mn en moins et un gain de 146 watts !!!

 

Date Temps Watts
05/09/2003 00:08:37 244
12/04/2004 00:07:10 289
05/05/2004 00:07:12 290
27/04/2005 00:06:35 317
01/07/2005 00:06:24 325
29/03/2006 00:05:55 352
14/06/2006 00:05:42 363
14/06/2006 00:05:42 363
07/04/2007 00:05:36 370
19/05/2008 00:05:15 390
Gain 00:03:01 146

 

En chiffre, la montée de juin 2006 donne :


Données à mettre à jour · · · · ·
Masse corporelle 65 kg · · · · ·
masse vélo + équipement 12,5 kg · · · · ·
Vitesse moyenne 9.0 km/h · · · · ·
Distance 0,85 km 8,1 RESULTATS
Fc Moyenne 167 bpm · Puissance mécanique (W) VO2 (ml/min/kg) VO2 MAX (FcMax/FcMoy)* ml/min/kg) Dépense énergétique (kcal)
Fc Max 186 · · 385 74,5 80,2 130
Durée exercice 5,4 min · · · · ·
dénivelé positif cumulé 131 m · · · · ·
Coefficient de traînée aérodynamique (SCx) 0,35 · · · · ·
Coefficient de roulement (Cr ) 0,04 · · · · · ·
Densité de l'air (r, en ) 1,22 kg/m3 · · · · ·
Rendement musculaire 24% · · · · · ·
01-juil-05 · · · · · · ·

TEST PMA ROUTE

Maintenant que j'ai un vélo de route, la tentation était grande de se tester sur route.Résultat j'ai choisi une côte, une vraie pour les "hommes"

Il faut choisir une bonne côte dans les 10% ou plus, puis monter à son maximum durant 6'. Il suffit de multiplier par 10 le dénivelé parcouru. On obtient la vitesse ascensionnelle en m/h. C'est un excellent indicateur de la performance d'un cycliste.

Bon j'ai stoppé après 4'15" devant un raidar dans les 20% je pense. La tête et surtout les jambes ont coincées. en gros cela me donne du 1600m/h sur 4'.

Le résultat est peut-être sur évalué car c'est un peu court pour un test PMA.

 

Watts Vitesse plat (km/h) Vitesse ascensionnelle (m/h) Niveau
100 29,3 400 pépère
125 32,4 500 ordinaire
150 35,0 600 en forme
175 37,3 700 qui s'y met
200 39,4 800 qui s'y est mis !!!
250 41.2 1000 pas mauvais !!!
300 43,0 1200 commence à briller !!!
340 46,0 1300 BIBI (~85% PMA)
350 49,0 1500 niveau national
400 51,6 1600 niveau international
425 52,8 1700 douteux (on se demande à quoi ça carbure!)
>1000 > 68
Sprint

(Source du tableau Jean Thevenet )

Voici 2 petites formules très utiles pour déterminer la distance ou le temps sur une course ou une sortie.
Exemple: Si en 2006 tu as gagné en moyenne 1km/h sur tes courses par rapport à 2005, alors tu peux extrapoler ton temps sur ta future course. A conditions identiques bien évidement.

Calcul distance

Calcul temps

Calcul moyenne


 

4. Vitesse ascensionnelle (VAM)

Quelle est la pente optimale pour obtenir une vitesse ascensionnelle maximale (VAM)???


Intuitivement on peut se douter qu'une pente de 3% ne donnera pas la meilleure VAM. Mais comment varie cette VAM en fonction de la pente ? Un cycliste de 65 kg, développe au seuil 300 watts. Ne jouant que sur la pente l'idée est de trouver la VAM optimale. On s'aperçoit que la VAM augmente rapidement pour des pourcentages de 3% à 8%. puis la courbe s'aplatie franchement au delà de 10%.

 


 

5. Courbes de puissances

 


 

6. Evaluation Watt kcal et O2

Voilà encore une approche un peu théorique. J'ai essayé de comprendre quel est le lien entre la puissance (watts), énergie (kcal) fournit par les substrats lipides/glucides et le métabolisme aérobie !!!

Attention théorie puissante, accrochez votre ceinture !!!

 

Voilà, on me parle souvent de VO2MAX (ml.min-1.kg-1), PMA (watts), l’énergie (kcal ou joule) !!!

Mais quelle relation existe  entre ces données et les critères physiologiques d’un athlète ?

Tout d’abord il nous faut définir ces valeurs :

  1. Énergie :

    Dans la vie de tous les jours et approximativement :
    (source wikipedia)

    • 1 joule :

      • l'énergie requise pour élever de un mètre une pomme (100 grammes) dans le champ de pesanteur terrestre;

      • l'énergie nécessaire pour élever la température d'un gramme (un litre) d'air sec de un degré Celsius.

    • 1000 joules :

      • la quantité de chaleur dégagée en dix secondes par une personne au repos ;

      • l'énergie nécessaire à un enfant (30 kg) pour monter un étage (un peu plus de trois mètres).

    • 1 mégajoule (un million de joules) :

      • la chaleur nécessaire pour amener à ébullition 3 litres d'eau ;

      • un quart d'heure de chauffage par un radiateur de 1000 W.

    Pour information 1 calorie vaut 4.18 joules

  2. WATTS : C’est la quantité d’énergie par seconde. 1 watts équivalent à 1 joule/seconde.

  3. VO2MAX : C'est la consommation maximale d'oxygène, volume maximal d'oxygène que l'organisme peut consommer. Exprimée en litres d'oxygène par minute et par kilogramme de poids. Elle donne un aperçu de la « cylindrée » de l'athlète (exprimée en ml.min-1.kg-1 ou l.min-1).

Vous suivez toujours ?

Quel est le rapport entre les calories et l’oxygène ???

On a 2 chiffres qui reviennent très souvent dans la littérature: ~ 4.5 Kcal.L-1 O2 pour la dégradation des lipides et ~5 Kcal.L-1 O2 pour la dégradation des glucides.

Maintenant selon l’intensité de l’effort on carbure avec un mélange lipides/glucides différent. En gros voici la répartition selon l’effort :

 

  Énergie Énergie Substrat
Kjoule kcal
Qr Kjoule Kcal/LO2 Glucides Lipides
0,71 19.6 4.69 0,00% 100,00%
0,75 19.81 4.74 15,60% 84,40%
0,8 20.06 4.8 33,40% 66,60%
0,85 20.31 4.86 50,70% 49,30%
0,9 20.57 4.92 67,50% 32,50%
0,95 20.86 4.99 84,00% 16,00%
1 21.11 5.05 100,00% 0,00%

Maintenant assemblons les pièces du puzzle.

Pour rappel la quantité d’oxygène (véhiculé par le sang) qui arrive au muscle est donné par la formule de Fick :

 

VO2 = FC x VES x (Ca02-Cv02 différence artério-veineuse)

 

L’oxygène que tu amènes au muscle donc les calories, dépend de:

  1. FC : La fréquence cardiaque
  2. VES : Le volume d’éjection systolique. La quantité de sang expulsé à chaque battement s'appelle le VES.
  3. Ca02-Cv02 : La différence artério-veineuse. C’est en fait la quantité d’O2 qui passe des capillaires aux tissus musculaires.

Donc en théorie pour une effort d’une intensité donnée, la FC, le VES et la différence artério-veineuse on peut connaître l’énergie que l’on fournit aux muscles. Après le rendement du corps humain (qui est une machine peu efficace) est à peu près de 25%.

Donc seulement le quart de l’énergie fournit est transformé en mouvement.

Exemple pour un effort modéré :

Fc = 140 bpm

Peut varier de 30 à 210

Qr (quotient respiratoire) de 0,8, ce qui donne 4,8 Kcal/LO² donc 20.06 Kjoule/LO²
Pour rappel voir
Qr

Peut varier de 19 à 21

VES = 120 ml sang

Peut varier de 80 à 180

 

Ca02-Cv02 = 15 ml O2 pour 100 ml de sang donc 15%.

Peut varier de 4 à 18 ml pour 100 ml de sang. Donc exprimé en %

 

Rendement corps humain 25%

 Peut varier de de 22% à 26%

 

  • Puissance = FC/ mn x VES x (Ca02-Cv02)* (Énergie Substrat) x (rendement corps humain)

  • Puissance = 140/60 x 120 x 15% x 20.06 x 25% = 210 watts

 

Après il est très difficile de mesurer l'ensemble de ces paramètres. Il existe d'énormes différences entre un athlète élite et un sédentaire.

Amusons nous à prendre des paramètres extrêmes.

Sédentaire pour une Fc de 175 

Puissance = 175/60 x 100 x 12% x 20.86 x 22% = 160 watts

Athlète élite pour une Fc de 175 :

Puissance = 175/60 x 150 x 18% x 20.86 x 25% = 410 watts

On voit que la différence est énorme. cela explique la différence de puissance qu'il existe entre les pros et monsieur tout le monde !!!


 

7. Mesure de l'endurance

Finalement, tous les sports d'endurance sont régis par une loi très simple qui lie le temps de soutien d'un effort pour une fraction de son VO2MAX ou PMA.

 

(* source Sport&Vie N°116)

Plus étonnant il ne semble pas il y avoir une corrélation forte entre l'endurance et la VO2MAX. Ceci est très surprenant !

A ce jour les scientifiques ont du mal a comprendre ce phénomène. Un seul critère semble corréler la faculté d''endurance, c'est la proportion de fibres lentes dans le muscle.

Les 2 tableaux ci-après mettent à mal cette théorie: (*source Sport&Vie N°116)

Plus l’épreuve est longue, plus le pourcentage moyen de VO2 pouvant être soutenu diminue. Si on possède un gros moteur, comprendre VO2MAX élevé, alors on pourra terminer l'épreuve avant un autre coureur qui possède un plus petit moteur (Je ne prends pas en compte les notions de rendement). On fait coup double, on va plus vite (VMA, PMA plus élevées) et on peut soutenir plus longtemps un fort pourcentage de son VO2MAX. On pourrait se dire que celui qui possède le plus gros moteur gagne. Pas si sûr !!! Certains sont plus endurants, ils ont la capacité de tenir un très fort pourcentage de leur VO2MAX (La ligne est plus plate).

Il y a également des athlètes plus en "cœur" et d'autres plus en "muscles". A performance égale (VMA, PMA) ils ont des réponses cardiaques différentes. Le musclé (Franck) verra son cœur grimper rapidement et le cardio "Etienne" devra mouliner pour arriver à se faire péter le cardio.

 

(* source Zatopek N°10)

 

L'endurance pourrait-être lié à beaucoup d'autres facteurs: Maintient des propriétés contractiles, Moins grandes fatigabilités nerveuses (Système Nerveux Autonome SNC), dégradations de la pompe ions calcium-potassium, etc ... On voit que la liste est longue.

Avoir un énorme moteur un avantage en cyclisme. Pas si sûr. Le cyclisme réclame de la puissance contrairement au ski alp ou à la CAP. Donc il faut avoir une certaine typologie musculaire avec des fibres rapides. De plus ce sport fait plus appel aux filières anaérobies. A effort sous maximale équivalant CAP/cyclisme, la part anaérobie est plus importante en cyclisme.

En cyclisme le ratio 40% fibres rapides/ 60%fibres lentes, 75-80 de VO2MAX semble être le compromis idéal.
 

Certains athlètes peuvent jouer sur les 2 tableaux avec succès. Ils devraient se tourner vers des duathlons. D'autres sont plus typés sur une discipline. Ils tournent beaucoup mieux en vélo qu'en CAP.

 


 

8. Critères de forme

Code couleur:

Bleu: amélioration
Rouge: détérioration

Noir: Critère stable

Bold: Critère au maximum ou au minimum

Evolution Signification
Pouls au repos baisse, poids baisse Amélioration de la forme
Pouls au repos monte, poids stable Fatigue momentanée
Pouls au repos monte, poids baisse surentraînement
Pouls au repos baisse, poids monte sous-entraînement

 

PPG,PPS COMPETITION PIC DE FORME TRANSITION
  1. Pouls au repos baisse
  2. VO2MAX stagne ou s'élève un peu
  3. Seuil anaérobie baisse ou stagne
  4. PMA baisse
  5. Récupération s'améliore
  6. Poids stagne
  1. Pouls au repos descend
  2. VO2MAX s'élève
  3. Seuil anaérobie s'améliore
  4. PMA s'améliore
  5. Récupération stable.
  6. Poids baisse
  1. Pouls au repos descend
  2. VO2MAX maximum
  3. Seuil anaérobie s'améliore
  4. PMA maximum
  5. Récupération stable.
  6. Poids de forme
  1. Pouls au repos remonte
  2. VO2MAX baisse fortement
  3. Seuil anaérobie descend
  4. PMA descend
  5. Récupération optimale.
  6. Poids augmente

 

SURENTRAÎNEMENT
  1. Pouls au repos stagne ou remonte
  2. VO2MAX ne progresse pas
  3. Seuil anaérobie baisse
  4. PMA baisse
  5. Récupération stagne.
  6. Poids baisse

 

9. Evaluation de la fatigue

La fatigue est un terme générique. On va se limiter a décrire la fatigue d'ordre physiologique. Quels sont les mécanismes qui se détériorent lors d'une activité trop intense ou une récupération incomplète ? voir: fatigue musculaire

Cette petite étude tente de montrer comment on peut prévenir le surentraînement : Etude hrv


 

10. Evaluation de la compétition

Après mûre réflexion, je me suis demandé sur quels critères allais-je évaluer ma saison. Par chance j'ai effectué le même trophée en 2004 et 2005 et 2 courses en 2006. ce trophée appelé "Trophée Coude du Rhône" ou "Rhône Trophy" comporte 6 épreuves et le classement et au meilleur des 5 manches.

Ok mais ce n'est pas encore gagné !!! Faut-il tenir compte des classements par place, du temps de l'épreuve. Ces critères trop subjectifs forts dépendants du niveau des coureurs ou de la météo ne me plaisent pas. Je vais opter pour une autre approche. Faire la moyenne en pourcentage du temps du vainqueur scratch et Master2 (temps du 1er / temps personnel ). Pour information le niveau est très élevé, les vainqueurs scratch s'appellent Daniel Paradis (double vainqueur du Grand Raid Cristalp et rattrapé par la patrouille), Pascal Corti (vainqueur GRC) , Sandro Spaeth, Ludovic Fahrni (vainqueur Roc Marathon 2004),Thierry Salomon (vice champion du monde Master2 2005).

· Trophée sur 6 courses Progression
· 2004 2005 juin-06 ·
Cat. Master2 86,90% 94,30% 99,10% 12,20%
Scratch 78,90% 84,50% 88,57% 9,67%

Par exemple sur une course de 1h30mn une progression de 9;67% correspond à environ 9mn.

Donc belle progression pour cette deuxième saison et la 3ème confirme encore cette amélioration avec la victoire au "Rhone trophy" en catégorie master2 !!! Classement Rhône Trophy 2006

Bref la progression a été au rendez-vous, même mieux qu'espéré. Point culminant de ma forme en 2006. Donc en 4 ans le progression a été continu et motivante. Après ce qui devait arriver arriva Crying or Very sad . Cette année 2007 ce n’est pas terrible du tout. Je sais que je devrais couper, reposer la machine mais les courses sont là et je continue malgré tout.

Donc je constate un palier, même une régression. En regardant autour de moi, je constate que pas mal de gars font un peu le yoyo une fois ses propres limites atteintes. Quand on flirte avec ses limites, alors l'entraînement devient plus pointu et on a plus de risque de se griller. On est sur le fil du rasoir en quelque sorte.

Il y a peut-être aussi un cycle macro annuel a respecter. Après 3 années il faudrait peut-être s'octroyer une année sans compétition et roulant pour la plaisir, pratiquer d'autres disciplines etc ... En gros régénérer la machine (aussi mentalement). Surtout après 40 ans.

 


 

11. Critère basé sur le concept du lièvre

Une connaissance Internet (Jean Thevenet ) a étudié de prêt le comportement et les valeurs physiologiques de notre tribu vélocyclopédiste

Je trouve cet article excellent même s'il peut être mal interprété: Étude du lièvre

 


 

12. Evalutation de la pompe cardiaque

Le cœur se comporte de mille façons différentes. Avec l'habitude et un bon cardiofréquenemètre il est facile avec l'habitude de porter un diagnostique sur son état de forme.

Voici les quelques grands principes:

Conseil: Ne jamais comparer ses FC avec ses collègues de sortie. Nous sommes tous différents. Certains ont des cœurs plus véloces et d'autres sont des gros V8. L'essentiel c'est d'avancer plus vite sur le vélo non ?

 

En résumé

 

Comportement du coeur Commentaires
monte vite dans les tours et redescend lentement manque de foncier et d'endurance de base
grande inertie à l'effort bonne préparation foncière et endurance de base
ne monte plus lors d'effort extrême fatigue ou surentraînement
les pulsations sont anormalement basses manque de récupération
les pulsations sont anormalement hautes Maladie virale à l'horizon
du mal à atteindre sa FCMAX Effet diesel, trop de sorties au train: réduire le volume et faire du fractionné.(SV2,PMA)
les pulses redescendent vite après l'effort très bonne récupération signe d'une bonne forme

 


 

13. Age et performance

Voici une question qui revient très souvent. Quid de ma performance, de ma valeur intrinsèque ? . On peut se voiler la face ou se dévaloriser si on n'intègre pas la facteur vieillissement dans sa pratique sportive. Après les statistiques parlent d'elles même. Voir les chronos, les temps de références sur votre parcours préféré, des jeunes élites devraient être devant.

A partir de 30 ans un athlète vieillit, hé oui c'est la réalité. Normalement un sportif élite de haut niveau devrait être au sommet de son art entre 25-30 ans.

A LIRE ABSOLUMENT. Si vous désirez vous en convaincre, allez voir comment notre physiologie évolue avec l'âge : Vieillissement et performance !

Si vous revenez de la page physiologie, alors vous devez être dépité non ? Mais rassurez-vous les vieux ont d'autres cordes à leur arc.

Un athlète master possède un acquis et un expérience qui lui permettent de mieux gérer une course. Il se connaît très bien, gère mieux les moments difficiles qu'un jeune sportif. On observe peut ou pas d'abandon sur les courses. Le vieux briscards sont tactiques et courbent l'échine dans les moments difficiles pour mieux rebondir.

Là certains vont être blessés dans leur amour propre de mâle. un TOP athlète master de 40 ans a les mêmes performances qu’une féminine de 25 ans élite mondiale. Il existe plein de statistiques et d’étude qui le prouve.

Basé sur un ensemble de courses VTT et pondéré par rapport au niveau estimé et la représentation dans chaque course voici les statistiques de performance en fonction de l'âge et du sexe des catégories:

 

Cat +50 Cat+40 Cat+30 Elite Femme
75% 85% 95% 100% 83

La littérature parle souvent d'une différence de 15% en performance entre hommes et femmes. Ce chiffre est parfaitement corrélé par le tableau ci-dessus. Et retrouve également la parité homme +40ans et femme élite. CQFD !!!

Un sédentaire voit son VO2MAX chuter de 1% par an (~ 0.4ml/kg/min). Une personne qui fait du sport toute sa vie ne perds que 0.6% (~0.25 ml/kg/min).

Au niveau cyclisme les meilleurs chrono sont en entre 25-30 ans. Après la chute est d'environ 0.7% par an.

Une approche pour les vétérans est de comparer les résultats en fonction de l'âge. La WAVA (World Association of Veteran Athletes) par exemple, basée sur un grand nombre de données, s'est amusée à extrapoler la résultat d'un sénior. Cet outil donne un niveau de performance en fonction de son âge et prédit le temps que vous auriez mis à 25 ans. Certes c'est pour de la course à pieds, mais je pense que le principe reste identique pour le cyclisme.

Je me suis amusé à faire cet exercice sur mon Grand Raid 2008 (course VTT). J'ai pris le TOP 100 scratch, j'ai appliqué une formule toute simple, après 30 ans j'enlève en moyenne un handicape de 7.5% par décade. GR moyen 2008 top 100.xls

Moi ça me va très bien, je passe de 57ème scratch à 22ème

 

  • Ce tableau sur les références chronométriques sur marathon vont dans le même sens.
(source: physiologie du sport Hugues Monod,Roland Flandrois,Henry Vandewalle)
  • Championnat du monde VTT Master Pra Loup 2008.
    J'ai pris la moyenne sur les 3 premiers de chaque catégorie (tout les 5 ans). Petit correctif 5% pour le 30-40 font 5 tours, 2% pour les 40-50 4 tours, 0% pour les 50-60 3 tours.
    Une fois de plus on retrouve les mêmes coefficients de régression de la performance.
  • Ce tableau établit une valeur brute sur les fonctions biologiques en fonction de l'âge.
(source physiologie de l'activité physique W.McArdle - F.Katch- V.Katch)

 

A chaque règle ou principe on peut trouver des exceptions. le cas Jeannie Longo. A près de 50 ans, elle rivalise avec les meilleures élites. Si on part de l'hypothèse que le vieillissement de l'athlète est le même qu'on soit femme ou homme, On devrait trouver une différence de performance de 25% . C'EST COLOSSAL !!!

 

On peut faire 3 hypothèses:

  1. C’est une athlète d’exception. Un cas par siècle.

  2. Le niveau cyclisme féminin route est vraiment nul.

  3. Je n'ai pas d'explication ou l'histoire m'a peut-être donné raison ?

CONCLUSION: Touche positive, un individu qui s’entretient et à une pratique sportive tout le long de sa vie, vieillit mieux et peut rester avec de très bonnes facultés physiques et mentales jusqu'à un certain âge certain voir un âge certain !!!