Recherche Kunena

Mot-clé
Bienvenue, Invité
Nom d'utilisateur : Mot de passe : Se souvenir de moi

SUJET : Freins à disque sur vélo de route

Freins à disque sur vélo de route 1 mois 1 semaine ago #153167

  • Christoph3
  • Portrait de Christoph3
  • Offline
  • Platinum Boarder
  • Messages : 579
  • Remerciements reçus 37
  • Karma: 0
Sur les VTT, le freinage disque apporte aussi d'autres avantages :
les jantes sont plus souvent sales => plus difficile de freiner
pas de bourrage au niveau des étriers
pas de problème de freinage en cas de roue voilée
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.
Cet utilisateur a été remercié pour son message par: albator83

Freins à disque sur vélo de route 1 mois 1 semaine ago #153175

  • david38
  • Portrait de david38
  • Offline
  • Gold Boarder
  • Messages : 421
  • Remerciements reçus 26
  • Karma: 0
Seb-@. écrit:
david38 écrit:
Seb-@. écrit:
Il y a une grosse accélération du déploiement du disque qui se prépare, les réticences (assez étranges pour la plupart, il faut dire) ayant majoritairement sauté. Il y aura toujours des patins dispo, mais les étriers eux-mêmes vont devenir rares.
J'ai deux gros blocages avec les disques : le surpoids (il est de 500 à 800 gr à niveau de gamme équivalent, cad svp ne pas comparer roues carbones + dura ace di2 avec du tiagra + roues basiques...) et le surcoût qui tourne autour des 400 à 600 euros en général pour des montages moins "attractifs" en disque. Pour le moment, la seule marque que j'ai vu qui propose des montages disques à un prix presque raisonnable, c'est Giant ( par exemple TCR advanced pro à 2500 euros vs defy advanced pro à 2700 euros, les deux en 105 et roues tubeless carbone). Le surpoids est psychologiquement gérable (je pèse déjà autour des 75 kgs, l'impact de ces 800 gr supplémentaires est probablement limitésur mes non-preformances ...). Le deuxième est le plus bloquant in fine, d'autant plus que j'ai du mal à comprendre ce surcoût par rapport aux composants VTT...
Seb-@. écrit:
Aller, prochaine grosse évo - on en reparle dans 10 ans ! - les vélos de route avec micro-suspensions avant et arrière à blocage / déblocage électronique automatique. Je suis prêt à parier que c'est l'avenir.
Intéressant technologiquement, "vélosophiquement" parlant aberrant : un vélo doit rester un objet mécanique simple et polyvalent. Trop d'électronique (di2, GPS, capteurs en tout genre, suspension électronique, etc...) va engendrer un surcoût qui n’intéressera qu'une niche de geeks ou pour une utilisation hyper typée pour un gain final pas évident.

Il ne faut pas raisonner en termes de masse, mais d'inertie. Et là il y a un gain important grâce à l'allègement des jantes, débarrassées de leurs pistes de freinage. Sans parler des gains que l'on pourra obtenir sur les cadres (plus la contrainte d'intégrer l'étrier sur jante soit au niveau des bases, soit au niveau des haubans).

Edit : il ne faut pas oublier que le vélo est un sport mécanique, un sport de vitesse. Aucun sport méca n'a fait l'impasse sur la qualité du freinage, aucun sauf… le vélo. Quand la vitesse est peu sujette à variations, en effet l'apport est faible. Quand les variations de vitesse et les freinages se succèdent, la différence entre un bon freinage et un freinage médiocre coûte cher en performances.

Pour ce qui est de la suspat, si on part du principe qu'un vélo de route ou une F1 ne roulent pas a priori sur un sol défoncé, pourquoi est-ce qu'en sport méca (moto, auto) la suspension est si importante dans l'efficacité ? Une F1 avec une bonne aéro et de mauvaises suspensions perd beaucoup en perfo. Pourtant, on ne fait pas rouler les F1 sur des pistes défoncées. Sur un vélo de route, la suspension apporterait un surplus de rendement et d'adhérence, et la technologie existe pour faire en sorte de la bloquer automatiquement, pour éliminer les pertes par pompage.

Après, savoir si on s'éloigne ou non de ce qu'est un vélo, c'est une autre affaire. Je me permets juste de donner mon point de vue d'ingénieur, du coup je suis loin d'être insensible au potentiel d'efficacité qu'il reste à débloquer. On a bien des ailerons en moto GP, personne ne l'aurait cru il y a 10 ans. On a juste demandé à des ingénieurs comment faire pour aller plus vite, au bout d'un moment on en arrive là :petard:

- masse supplémentaire du système disque: pour moi, c'est plus un "frein" psychologique (cf mon message) ; j'ai plus intérêt à améliorer mon entrainement et faire attention à mon alimentation (éviter le 2ème dessert de midi par exemple)...

- inertie/masse des jantes: j'ai trouvé 2 marques qui communiquent un peu sur la masse des jantes patin/disques : Duke et DTSwiss. Quand ils ont des modèles équivalents disques/patins, ils annoncent un gain de masse par jante de 10 à 40 gr en faveur du disque, soit la différence entre une chambre butyle légère (cad ~ 70 gr) et une chambre butyle lourde (~ 100 gr) ou un tubeless avec et sans préventif. A titre personnel, je ne ressens pas cette différence d'inertie. Je pense qu'il faut être très fin pour le ressentir et je doute que la différence à elle seule soit suffisante pour la plupart d'entre nous pour justifier le passage au disque. Je doute aussi que des "gros" gains soient réalisables dans ce domaine car il faudra bien que la jante encaisse le freinage disque via les rayons... Ou alors on aura des jantes ultra light mais jetables...

Par ailleurs, de façon "étonnante", DTSwiss ne donne pas la masse de ses moyeux mais une fourchette (cf pour le DT350 : www.dtswiss.com/fr/produits/moyeux-rws/moyeux/350-classic/ )!

suspension électronique: la comparaison entre un vélo de route et une formule 1 est-elle appropriée? Est-ce que les karts ont une suspension? Quand une formule 1 passe de 300 km/h à 100 km/h en un pouième de seconde, même sur une revêtement excellent, il se passe des choses (transfert de "masse", variation de l'appui aéro, etc...) qui nécessitent une suspension. Et les écarts entre une voiture qui marche et une voiture qui ne marche pas sont "relativement" faible (on parle de seconde au tour).
Sur un vélo route, je pense que ce serait de la complexité inutile pour gain probable mais trop faible et cher. Une bonne réponse d’ingénieur serait déjà d'exploiter des solutions mécaniques passives (typiquement layup du carbone sur le cadre, adéquation selle / tige de selle / poste de pilotage , section de pneu et qualité de la chambre à air, etc...). Quitte à rajouter de l’électronique, en tant qu'utilisateur, je préférerai un système anti-blocage...
A ce propos, qu'est-ce que donne la suspension électronique de Lapierre sur ses VTTs?
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Freins à disque sur vélo de route 1 mois 1 semaine ago #153176

  • david38
  • Portrait de david38
  • Offline
  • Gold Boarder
  • Messages : 421
  • Remerciements reçus 26
  • Karma: 0
Christoph3 écrit:
Sur les VTT, le freinage disque apporte aussi d'autres avantages :
les jantes sont plus souvent sales => plus difficile de freiner
pas de bourrage au niveau des étriers
pas de problème de freinage en cas de roue voilée

il y aussi les problèmes de cohabitation avec les suspensions : besoin d'avoir un système de rigidification de la fourche pour éviter un écartement des fourreaux, encombrement des bielletes, etc.. à l'arrière (qui posent aussi un "soucis" pour mettre un dérailleur et des plateaux devant, d’où une des raisons du développement des monoplateaux ...)
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Freins à disque sur vélo de route 1 mois 1 semaine ago #153177

  • albator83
  • Portrait de albator83
  • Offline
  • Platinum Boarder
  • Messages : 7905
  • Remerciements reçus 407
  • Karma: 14
david38 écrit:
Seb-@. écrit:
david38 écrit:
Seb-@. écrit:
Il y a une grosse accélération du déploiement du disque qui se prépare, les réticences (assez étranges pour la plupart, il faut dire) ayant majoritairement sauté. Il y aura toujours des patins dispo, mais les étriers eux-mêmes vont devenir rares.
J'ai deux gros blocages avec les disques : le surpoids (il est de 500 à 800 gr à niveau de gamme équivalent, cad svp ne pas comparer roues carbones + dura ace di2 avec du tiagra + roues basiques...) et le surcoût qui tourne autour des 400 à 600 euros en général pour des montages moins "attractifs" en disque. Pour le moment, la seule marque que j'ai vu qui propose des montages disques à un prix presque raisonnable, c'est Giant ( par exemple TCR advanced pro à 2500 euros vs defy advanced pro à 2700 euros, les deux en 105 et roues tubeless carbone). Le surpoids est psychologiquement gérable (je pèse déjà autour des 75 kgs, l'impact de ces 800 gr supplémentaires est probablement limitésur mes non-preformances ...). Le deuxième est le plus bloquant in fine, d'autant plus que j'ai du mal à comprendre ce surcoût par rapport aux composants VTT...
Seb-@. écrit:
Aller, prochaine grosse évo - on en reparle dans 10 ans ! - les vélos de route avec micro-suspensions avant et arrière à blocage / déblocage électronique automatique. Je suis prêt à parier que c'est l'avenir.
Intéressant technologiquement, "vélosophiquement" parlant aberrant : un vélo doit rester un objet mécanique simple et polyvalent. Trop d'électronique (di2, GPS, capteurs en tout genre, suspension électronique, etc...) va engendrer un surcoût qui n’intéressera qu'une niche de geeks ou pour une utilisation hyper typée pour un gain final pas évident.

Il ne faut pas raisonner en termes de masse, mais d'inertie. Et là il y a un gain important grâce à l'allègement des jantes, débarrassées de leurs pistes de freinage. Sans parler des gains que l'on pourra obtenir sur les cadres (plus la contrainte d'intégrer l'étrier sur jante soit au niveau des bases, soit au niveau des haubans).

Edit : il ne faut pas oublier que le vélo est un sport mécanique, un sport de vitesse. Aucun sport méca n'a fait l'impasse sur la qualité du freinage, aucun sauf… le vélo. Quand la vitesse est peu sujette à variations, en effet l'apport est faible. Quand les variations de vitesse et les freinages se succèdent, la différence entre un bon freinage et un freinage médiocre coûte cher en performances.

Pour ce qui est de la suspat, si on part du principe qu'un vélo de route ou une F1 ne roulent pas a priori sur un sol défoncé, pourquoi est-ce qu'en sport méca (moto, auto) la suspension est si importante dans l'efficacité ? Une F1 avec une bonne aéro et de mauvaises suspensions perd beaucoup en perfo. Pourtant, on ne fait pas rouler les F1 sur des pistes défoncées. Sur un vélo de route, la suspension apporterait un surplus de rendement et d'adhérence, et la technologie existe pour faire en sorte de la bloquer automatiquement, pour éliminer les pertes par pompage.

Après, savoir si on s'éloigne ou non de ce qu'est un vélo, c'est une autre affaire. Je me permets juste de donner mon point de vue d'ingénieur, du coup je suis loin d'être insensible au potentiel d'efficacité qu'il reste à débloquer. On a bien des ailerons en moto GP, personne ne l'aurait cru il y a 10 ans. On a juste demandé à des ingénieurs comment faire pour aller plus vite, au bout d'un moment on en arrive là :petard:




[]- masse supplémentaire du système disque: pour moi, c'est plus un "frein" psychologique (cf mon message) ; j'ai plus intérêt à améliorer mon entrainement et faire attention à mon alimentation (éviter le 2ème dessert de midi par exemple)...[/]

Certes mais quand tu flirtes déjà aux limites de ta MG/affûtage (mon cas à la fin de l'été) et que tu te fais taper en grimpée chrono ou -pire- sur une cyclo de 6h avec trois cols HC pour une dizaine de secondes... ben on commence à réfléchir comment optimiser la monture. Performer à vélo comporte également une bonne part de mental, donc autant s'éviter ce genre de frein "psychologique" :-)
.: Passions | Galerie | Blog :.
Dernière édition: 1 mois 1 semaine ago par albator83.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Freins à disque sur vélo de route 1 mois 1 semaine ago #153179

  • Seb-@.
  • Portrait de Seb-@.
  • Offline
  • Platinum Boarder
  • Messages : 2724
  • Remerciements reçus 45
  • Karma: 8
roues : gros gains à venir, on n'est qu'au tout début du gain sur les jantes
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Freins à disque sur vélo de route 1 mois 1 semaine ago #153180

  • david38
  • Portrait de david38
  • Offline
  • Gold Boarder
  • Messages : 421
  • Remerciements reçus 26
  • Karma: 0
albator83 écrit:
david38 écrit:
- masse supplémentaire du système disque: pour moi, c'est plus un "frein" psychologique (cf mon message) ; j'ai plus intérêt à améliorer mon entrainement et faire attention à mon alimentation (éviter le 2ème dessert de midi par exemple)...[/]

Certes mais quand tu flirtes déjà aux limites de ta MG/affûtage (mon cas à la fin de l'été) et que tu te fais taper en grimpée chrono ou -pire- sur une cyclo de 6h avec trois cols HC pour une dizaine de secondes... ben on commence à réfléchir comment optimiser la monture. Performer à vélo comporte également une bonne part de mental, donc autant s'éviter ce genre de frein "psychologique" :-)

Dans ton cas, oui, la masse du vélo est un critère important à optimiser car le reste (le bonhomme, l'entrainement, l'alimentation, etc...) est déjà bien optimisé. Un vélo au plus prés des 6,8 kg, pour un coût et une fiabilité corrects, est important. De plus, tu sais probablement mieux descendre et freiner que moi, quelque soit les conditions météo...
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Freins à disque sur vélo de route 1 mois 1 semaine ago #153181

  • ronan
  • Portrait de ronan
  • Offline
  • Expert Boarder
  • Messages : 188
  • Remerciements reçus 14
  • Karma: 0
david38 écrit:
Par ailleurs, de façon "étonnante", DTSwiss ne donne pas la masse de ses moyeux mais une fourchette (cf pour le DT350 : www.dtswiss.com/fr/produits/moyeux-rws/moyeux/350-classic/ )!
C'est normal, il y a plein de configurations possibles avec les adaptateurs.
En cliquant sur le lien, je vois qu'ils ne font même pas la distinction avant/arrière.

david38 écrit:
A ce propos, qu'est-ce que donne la suspension électronique de Lapierre sur ses VTTs?
C'est devenu un niche pour les "dentistes" avec le Fox Live Valve. Je n'ai pas vu de VTT orienté "compétition" avec cette technologie.
Pour l'e:i Shock, ça a l'air d'avoir été abandonné par Lapierre :
1. je trouvais que la cinématique des Zesty s'en passait bien,
2. en 2015, il était ou avait été en panne pour 100% des enduristes à qui j'ai parlé.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.
Temps de génération de la page : 0.125 secondes
Propulsé par Kunena