Recherche Kunena

Mot-clé

De la supériorité du vélo sur la course

  • Messages : 1554
  • Remerciements reçus 232
il y a 5 ans 3 mois - il y a 5 ans 3 mois #138080 par Christoph3
C'est ici que ça se passe.
:icon_tongue
Dernière édition: il y a 5 ans 3 mois par Christoph3.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5425
  • Remerciements reçus 964
il y a 5 ans 3 mois #138084 par gillesF78
Intéressant !

«J'en suis venu à me demander si je courais parce que j'en avais envie ou si je courais parce que j'étais obligé et parce que des gens s'attendaient à ce que je le fasse.»


==> je me suis aussi posé ce genre de question, alors j'ai arrêté strava et j'ai eu la réponse : "Non". Je cours par plaisir, et je n'ai besoin de personne pour me motiver !

Région Grenobloise, GillesF78

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 10052
  • Remerciements reçus 793
il y a 5 ans 3 mois #138091 par albator83
Perso il m'arrive de penser ça (en partie, car je pédale pour moi, pas pour les autres), quand les séances ou dossards s'enchaînent mécaniquement, avec le petit train-train habituel...
Et puis arrive toujours une bonne "coupure" sans autre objectif que pédaler aux sensations, profiter du paysage (montagne en l'occurrence) sans se soucier de l'énergie dépensée car il n'y a pas de compétition le lendemain... ça me remets d'équerre deux fois par an (vacances d'été et automne/hiver) :yaisse:
D'où l'importance de varier les sports et lâcher la soupape vélo une fois l'an ;-)

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 10374
  • Remerciements reçus 862
il y a 5 ans 3 mois - il y a 5 ans 3 mois #138092 par jfd_
Il est très clair que la variété est une (très) gros plus sur le plan psychologique. Que ce soit l'aspect sportif bien sur qui nous intéresse au (quasi?) 1er plan ici sur VO2 mais aussi en moult choses de la vie également. C'est en cela que réside pour la plupart d'entre nous un bon équilibre de vie global.
Dernière édition: il y a 5 ans 3 mois par jfd_. Raison: totografe :oops:

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 309
  • Remerciements reçus 34
il y a 5 ans 3 mois #138096 par Peio
Perso, j'ai pris et je prends encore pas mal de temps à réfléchir sur ce que je veux faire de mon temps, et à ce qui me fait vraiment plaisir dans le sport.
Pendant des années, je m'entraînais 360 à 400h par an (rando comprises).
Puis, je me suis fait violence pour faire moins, au profit d'autres activités qui me tenaient à cœur.
Depuis le début de l'année, je suis à 5h par semaine (je compte pas le vélo de ville "mobilité"). Et j'ai jamais été aussi heureux dans ma pratique sportive. Plus je vieillis, plus je me fais plaisir...
Sachant qu'à côté maintenant, je fais aussi d'autres choses qui me tenaient à cœur, et que je ne faisais pas avant parce que "je n'avais pas le temps".

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1716
  • Remerciements reçus 183
il y a 5 ans 3 mois #138106 par cyclo13
sur le vélo c'est contraignant mais pour ceux qui comme moi n'ont jamais pus roule et attendu la retraite pour enfin faire le" métier" on en a jamais assez ,faut en profitez dans pas longtemps on seras trop vieux. :(

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 10374
  • Remerciements reçus 862
il y a 5 ans 3 mois #138112 par jfd_
Sans oublier que tu as du avoir la retraite à un âge qui permet de faire ce que tu fais. Pour les générations qui suivent dans quelques années/décennies, ce ne sera clairement pas la même chose.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 6395
  • Remerciements reçus 790
il y a 5 ans 3 mois #138118 par stam
On aborde une dimension jamais vraiment attendue quand on commence une activité "marginale", qui nous identifie aux yeux des autres : on devient ce que les gens perçoivent, et le danger est de se comporter comme "on" attend que nous nous comportions.
Ici, le gars qui devient "le type qui court pour aller au taf" ; pour nous, le "devoir" de remplir le compte Strava ou le topic "t'as fait quoi aujourd'hui" ; pour moi ça a été le désagrément de constater que parfois je prenais le vélo pour aller au taf sans en avoir envie, juste parce que je suis le "type qui vient à vélo". On s'enferme dans des routines qui ne sont pas seulement le fruit de l'habitude, mais des attentes nées du regard de notre entourage ou de notre subconscient. Sans faire de politique, mais seulement parce que je n'ai que ces exemples en tête, des personnes comme Trump ou Sarkozy sont fascinantes par leur absence de surmoi qui les détourne de ce besoin de répondre à une représentation intérieure d'eux-mêmes.
Les blessures, mentales et physiques, m'ont bien "aidé" à couper avec ce genre d'attitudes, mais je ne suis pas encore complètement guéri :petard: ... Quand le corps ou la tête disent "stop", on apprend à réfléchir différemment et à ne pas écouter la parole normative.
On a aussi notre Kikinou ;-) , qui par ses posts "de rupture" nous rappelle de temps en temps qu'il faut savoir trancher dans le vif quand on ne se sent pas à l'aise avec une façon d'être.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1716
  • Remerciements reçus 183
il y a 5 ans 3 mois #138129 par cyclo13

Sans oublier que tu as du avoir la retraite à un âge qui permet de faire ce que tu fais. Pour les générations qui suivent dans quelques années/décennies, ce ne sera clairement pas la même chose.

pas si tôt que ça,62 ans,c'est pour cela que je me pose pas encore la question si je le fais pour moi ou par obligation ,je suis pas encore saturé.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1814
  • Remerciements reçus 82
il y a 5 ans 3 mois #138134 par Eric
Vraiment un sujet intéressant. :cheer: :cheer:
D'autre facteurs peuvent aussi interférer et conduire notre pratique sportive pour qu'elle ne devienne pas un simple réflexe dicté par une conduite addicitive du toujours plus , sans se poser de question et sans ressentir le véritable plaisir de simplement bouger, être dehors, contempler . :pafmur: :pafmur:
C'est notamment la vie de famille et les demandes des enfants.
Perso, j sans ça, je crois que je tomberais dans le "toujours plus" dans l'entraînement et la compétition.
Si actuellement depuis plusieurs années je ne fais que 4/5 courses par an et en gros 500 h par année ( avec 300 h de vélo taf compris dedans) c'est bien parce que ma vie de famille reste un formidable moyen de rester lucide et de faire d'autres choses que juste bosser et ensuite prendre son vélo s'entraîner, se coller un dossard au cul à 47 ans.
Mes enfants et ma femme ( qui elle aussi fait du bike et des cyclos) sont demandeurs de voyages, de jeux, de bouffes avec d'autres amis, de sorties, et surtout d'autres activités sportives comme le ski qui se pratique le WE. Et grâce à eux, je crois que je peux profiter d'autres très belles choses que uniquement rouler pour rouler

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 7186
  • Remerciements reçus 351
il y a 5 ans 3 mois #138141 par Charly42
Alors moi je roule depuis l'age de 18ans, mais je cours que depuis l'age de 32... je suis passé par plein de phase: surentraînement, penser qu'à cela, ne rien manger, penser qu'aux podiums.... et puis fin 2012, un truc grave mais arrivé par hasard... je passe un cheveux d'y passer.
Du coup, 2013 j'ai plus ou moins voulu relancer la machine, çà marché mais j'ai commencer à moins me prendre la tête, 2015: 40ans, année charnière, motivé comme un cadet, j'ai remis çà :whistle: : nutrition, podium, prise de tête avec les entraînements pour performer .
Mais depuis plus d'1ans, je relativise, et encore plus cette année(et je repanse pas mal à ce qui mets arrivé en 2012... ) : je me suis posés les questions: tu roules pour qui, pourquoi, et tu as envie de faire quoi?...

Celà m'a amener à : je roule pour moi, j'aime la compet, je m'enfou du dictact "mais tu as pas fait podium il se passe quoi" ... !! c'est pas mon métier, juste ma passion, alors merde quoi, si je monte sur la boite: ben, si non : bien!! et enfin j'ai envie de faire quoi: m’entraîner mais sans me prendre la tête avec le "merde j'ai sauté un entraînement je vais être désentrainé!" et j'ai envie de faire de belles courses... avec des copains, pour la beauté du truc!

Autre truc => "tu es pas resté pour le podium?" => non j'ai envie de voir ma fille aussi le dimanche, donc attendre 3h la remise des prix... bof bof! ;).

Cette année j'ai intégré du sport avec mme aussi (cardiotrainning/abdo/pilates...) çà aussi c'est cool :cheer: ...

Je crois que le sport, c'est comme la vie, c'est pas linaire et chaque année la même chose, si non c'est triste et on va dans le mur à un moment ou un autre... et cela passe par la pratique d'autre sport, par moins sport, par le partage avec d'autres....

Su ce , c'est samedi, St patrick: je vais picoller de la bière les amis!! ( et demain je cours :) )

à bloc!!!
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Eric

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 10052
  • Remerciements reçus 793
il y a 5 ans 3 mois #138143 par albator83
Sauf erreur c'était hier la St-Patrick... mais ça n'empêche pas de picoler ;-)
Pour le reste je lis autant de façons de voir la compétition (ou pratique du sport en général) que d'individus... le plus important est d'y trouver son équilibre pro et perso en définitive :yaisse: car c'est l'une des conditions pour que ça tienne sur le long terme.

PS : pour en revenir au vélotaf ou "courir-taf"... perso je prends mon vélo purement par gain de temps : plus vite qu'en voiture, à pied ou en tram. Car pédaler quelques kilomètres matin et soir en pleine ville ce n'est pas spécialement mon truc.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Eric

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Temps de génération de la page : 0.114 secondes
Propulsé par Kunena