Index de l'article

3. Franchissement (obstacles)

  • Marches régulières
    Les escaliers ne sont ni plus ni moins qu'une pente régulière. Plus on va vite dessus, moins la roue a l'occasion de s'enfoncer dans l'espace entre chaque arrête. Comme dans une pente, on peut tourner et freiner dans un escalier. Si l'escalier est raide il faudra faire attention à l'angle de contact avec le plat car le choc peut être dur. Plus on va vite, moins ça vibre mais moins on a d'adhérence.
  • Marches irrégulières
    Des marches faites de rondins ou de pierres rencontrées sur les chemins sont rarement régulières. Il faut donc adapter une position qui permet d'anticiper les différences de hauteur. Rester très souple au niveau des coudes pour pouvoir laisser la roue avant aller au contact avec la marche qui suit. Il faut légèrement se déporter en arrière mais ne jamais étendre les bras. Les vibrations étant fortes, il est nécessaire de rétablir la ligne.
    Si ce n'est qu'une volée de marches allant droit, il est bon de rentrer dedans et de laisser couler, relâcher totalement le frein avant si la sortie est claire. Même irrégulières, ces marches ne sont qu'une pente et la vitesse aidera à gommer les différences de hauteur entre elles.
  • Grosse marche (drop-off)
    On peut considérer une grosse marche dès lors qu'elle est plus haute que le moyeu d'une roue. L'enrouler vous emmènera à flirter avec le point critique d'équilibre de votre centre de gravité. Si vous décidez d'enrouler la marche (de rouler, de ne pas sauter), vous devez vous déporter autant que possible vers l'arrière en baissant autant que possible votre centre de gravité, sternum au plus proche du vélo. Vous devez relâcher complètement le frein avant :  il aurait pour effet d'ajouter de l'effet de la décélération au centre de gravité en plus de compresser la fourche et d'abaisser l'avant. C'est la cause de chute la plus fréquente en VTT en zone technique.
    Pour sauter une marche il faut juste l'aborder à une vitesse raisonnable, très légèrement se déporter vers l'arrière afin que le centre de gravité soit au milieu de l'empattement du vélo. On compense le manque de vitesse en déplaçant le centre de gravite plus en arrière. Dès lors que la vitesse est suffisante, le saut ne pose aucun problème sur des marches de 50 cm, on atterri naturellement sur les 2 roues. Pour des drop off plus hauts il faudra essayer d'amortir le saut, mais c'est une technique plus "free ride" qui n'a pas vraiment sa place ici.
  • Marches à monter
    Une simple marche mesurant entre 20 et jusqu'a 50 cm se passe en cabrant le vélo pour poser la roue avant au dessus de la marche puis en déportant tout son poids sur le cintre afin d'alléger et de soulever l'arrière. La roue arrière tapera l'obstacle mais sera assez légère pour le grimper. Selon l'arrête de la marche il sera plus ou moins facile de mettre un coup de pédale quand la roue arrière touchera. Il est important d'avoir un rapport de vitesse adapté : une "petite vitesse" sera nécessaire, surtout face à un enchaînement de marche.
    Un ensemble de marches peut être monté à vtt, un escalier peut être grimpé si l'angle de ce dernier est raisonnable (mais cela demande beaucoup de puissance). Sur un ensemble de marches pas plus hautes que 15 cm il n'est pas nécessaire de cabrer le vélo. La roue enroulera l'obstacle, il suffit de pédaler dur. Ayant peu d'adhérence en roulant sur l'arrête des marches il est important de les passer en puissance donc d'avoir un rapport qui n'est pas le plus petit. L'adhérence étant faible la roue va "patiner". Il faut vraiment rentrer fort dans l'obstacle mais en faisant attention à ne pas pincer les roues sur les arrêtes des marches.
    Ce principe de passer en force est souvent la meilleure façon de passer un ensemble d'obstacles "roulables", le but est de garder de la vitesse pour compenser la décélération sur chaque aspérité.
  • Pierriers
    Les pierriers comme les marches se passent en puissance. Il faut rouler sur l'arrête des pierres pour ne pas rentrer dans les trous. Cela demande beaucoup de puissance. Il faut être extrêmement ferme sur la direction pour ne pas mettre la roue en travers et voler par dessus le cintre. Se déporter légèrement en arrière aidera à compenser le déséquilibre vers l'avant sur les chocs avec les pierres. Il faut essayer d'anticiper une ligne, là où les pierres sont les moins anguleuses, là où c'est dégagé.