Index de l'article

5. Résultat du test d'effort triangulaire

  • Les chiffres

Voici le genre de protocole que l'on vous remet après un test d'effort en laboratoire: .

Enregistrement FC : test d effort triangulaire

Juste à titre informatif voici ce que peut révéler un test chez un athlète qui a fait une petite cure d'EPO. On voit une quasi absence de lactate à des valeurs prochent de PMA: ICI

Il est clair que pour le novice cela n'est pas facile a décrypter . Voir le lexique pour les acronymes utilisés dans ce protocole.

  • Tableau récapitulatif du test:

Une fois le test réalisé, on peut quantifier et qualifier les zones d'effort. En les regroupant dans un tableau cela donne une image assez claire des zones. On peut même facilement comparer l'évolution entre les différents test au cours de la saison

  • Analyse du test

C'est peut-être la partie la plus intéressante qui consiste à analyser les résultats du test pour le traduire en plan d'entraînement.

Les grands classiques:

 

SV1,SV2,VO2MAX bas SOUS ENTRAÎNEMENT: Une apparition trop précoce des seuils ventilatoires au cours de l’effort témoignent d’un désentraînement notoire.
SV1 bas ~ 80%, SV2 élevé > 93% CRAME:On a mis la charrue avant les boeufs. Trop d'intensité alors que l'endurance fondamentale n'est pas acquise
SV1,SV2 bas, VO2MAX élevée EFFET DIESEL: trop de sorties foncières au train. Typiquement cela se traduit par une FC à PMA très basse de l'ordre de 80% de la FCMAX. Cela signifie un travail en aérobie trop important donc une VO2MAX flatteuse mais par contre un seuil anaérobie catastrophique.
Il faut donc varier l'entraînement afin de solliciter également les filières anaérobies.
Phénomène très répandu chez les routiers qui roulent à une allure faible ou modéré bien à l'abris dans le peloton.
SV2, PMA augmentent et chute de VO2MAX entre 2 tests. Trop d'intensité, manque de récup. Typiquement c'est la période des compétitions. Le coureur n'a plus le temps d'entraîner les filières aérobies car il doit respecter les temps de récup; Prévoir une période de repos puis redémarre un cycle d'entraînement. Sinon c'est droit dans le mur. C'est aussi le cas typique d'un coureur qui court dans une catégorie trop élevée.
  • Amélioration des seuils

Améliorer VO2MAX (96%-100% FCMAX): C'est une question qui revient souvent et qui me laisse toujours perplexe.
La VO2MAX d'après la médecine est en grande partie fixée dès la naissance ( gain de 15-20% avec un entraînement spécifique). Alors à quoi bon s'entraîner !!!! Heureusement la VO2MAX est un paramètre parmi tant d'autres. Certes on ne sera jamais champion du monde avec un VO2MAX de 50 !!!.
Un marathonien avec une VO2MAX de 70 (très bas pour un élite) à couru le marathon en 2h08mn !!! CQFD

Certains pensent qu'il y a un truc pour améliorer sa VO2MAX. La VO2MAX est la résultante de l'ensemble des composantes décrits sur le schéma ci-dessus (voir VO2MAX ). Si on veut améliorer sa VO2MAX alors il faut entraîner tous les maillons de la chaîne.Il est clair que le pic pour VO2MAX devrait être au pic de forme.

A ce moment dans la phase pré compétitive, il faut s'entraîner à une intensité sur des intervalles longs proche ou au dessus de 80% de sa VO2MAX. Selon le test du 3 mai, cela correspond à 73 * 80% = 58,4 ml/mn/kg (250 WATTS, FC 160). On peut également faire des intervalles cours proche de VO2MAX: séance 3 x (10 x 30"x30") ou le tout nouveau modèle dit de Gimenez (9 x ( 1' à 90-100 % FC , récup 4' à 70% FC ) ). L'avantage de ce protocole est de permettre à la FC de monter au max lors des 8ème et 9ème séries. Attention ces séances sont très exigeante et doivent être placées après un bon foncier et un seuil SV1 bien en place.

Améliorer SV2 (90%-96% FCMAX)il faut s'entraîner à une intensité proche de SV2 ( selon tests FC 172-175) et VO2MAX. Cela correspond à des fractionnés intenses et difficiles. Ce type d'entraînement et à réserver pendant la période de précompétition. C'est le rythme pour mes courses VTT (~1h30mn). Le but est de flirter avec cette limite sans la dépasser car alors on encrasse vraiment la "machine ( acide lactique) et le remboursement de la La dette d'oxygène se paye cache. Cette valeur fluctue quand même selon la forme, l'état de fatigue, la température extérieure. Avec l'habitude on arrive à sentir cette limite SV2. Donc suivant les conditions j'ai eu fait des courses en restant à 175 pendant 1 heure. Quand je vous dit que l'entraînement n'est pas une science exacte.

Améliorer SV1(85%-90% FCMAX) il faut s'entraîner à une intensité proche de SV1 (selon tests FC 165-167). Le hic est que ces seuils varient durant la saison de façon significative (surtout SV1). Heureusement avec l'habitude on ressent bien lorsque le rythme ventilatoire s'accélère à SV1. Ce sont des entraînements dit "au seuil". Il a été démontré que SV1 est un indicateur de l'endurance d'un coureur. Plus on repousse SV1 plus le coureur sera endurant pour des pourcentages élevés de VO2max.

Améliorer SG (70%-80% FCMAX) cela est surtout utile pour les courses marathon longues distances. On peut améliorer ce seuil pour taper plus longtemps dans les graisses (lipolyse) ce qui est plus économique (voir filières énergétiques). Ce genre de séances n'est pas très sexy, il faut cumuler les kilomètres "calé" à une FC de 75% FCMAX.

Il est intéressant de corréler les différents seuils ci-dessus avec leurs effets physiologiques. Voir Physiologie et paramètres cardio-vasculaires

 

L'ART DE L'ENTRAÎNEMENT RÉSIDE DANS LA PROGRESSION ET LE MAINTIENT DE CES PARAMÈTRES
VO2MAX,SV1,SV2,PMA ...

(Remonter le seuil SV1 au plus prés de SV2, puis faire tendre SV2 vers VO2MAX. CQFD !!!)