Index de l'article

7. La coupure

On s'interroge souvent sur cette période. La saison s"achève, certains ont rangé le bike depuis longtemps pour cause de saturation, d'autres ont encore la motivation et cherchent quelques courses à se mettre sous la dent. On peut s'interroger sur cette "coutume historique". Comme beaucoup de pratiques on ne fait que reproduire un schéma établi sans s'interroger sur les vraies raisons de cette période.

Plusieurs cas de figures:

 

  • Le compétiteur "grillé": Il affiche plus de 40 jours de course au compteur. Il part à l'entrainement à reculons, la motivation n'est plus vraiment de la partie et les jambes sont lourdes. Alors là oui une vraie coupure s'impose (récup. passive).
  • Le rouleur stakhanoviste: Il roule pour le plaisir, jusqu'à plus soif. Il est souvent scotché et la cardio à du mal à monter. Il claque certes de bonnes courses mais subit des contrecoups énormes durant la saison. Pour ce genre de pratiquant
    il doit envisager des micro coupures durant la saison afin de permettre à son organisme de récupérer.
  • Les jeunes vieux quadra Tongue out: Suite à mon expérience et de nombreux échanges avec des jeunes et moins jeunes, je suis convaincu que âge et coupure ne font pas bon ménage. Après quarante ans, on doit autant faire ce peut, ralentir le vieillissement de la machine. Toute coupure prolongée se paye cash. Certains amateurs ne sont jamais revenus à leur meilleur niveau après quelques mois d'inactivité.
  • Tous Les autres: Ceux là ne sont pas à mon avis obligé de couper. Ils doivent juste gérer et inclure des cycles de récupération où la charge et les intensité diminuent.

Coupure physique/mentale , récup. active ?

 

Je ne suis pas partisan d'une coupure brutale. Le corps et tout notre métabolisme doit se dés-entraîner très progressivement. C'est une sorte de sevrage en douceur. Une rupture brutale dans les habitude est un choc pour l'organisme. C'est un peu comme pour la drogue . Lorsque l'on a décidé que la saison est finie, il faut continuer à rouler mais en diminuant les charges et les intensités des sorties. Il me semble que 2 à 3 semaines de sont suffisants pour passer à la PPG. On peut éventuellement alors faire une semaine sans sport avant d'attaquer le PPG.

 

Voici un petit article très pertinent d'un cycliste élite sur le sujet Coupure repos morale

 

En complément rendez-vous ICI.